Les conditions nécessaires pour conduire un scooter électrique sans permis


Les scooters électriques sont des moyens de transport écologiques. Leur utilisation est de plus en plus encouragée par l’État français. Capables de fournir la même puissance que les modèles thermiques, ils sont également soumis à des réglementations strictes.

Quels sont les modèles qui n’ont pas besoin de permis ?

Comme vous pouvez le voir sur www.2twentyscooters.com, le marché propose un large choix de scooters électriques. Ceux disposant d’une puissance maximale de 4 000 W, équivalents aux scooters de 50 cc, n’ont pas besoin de permis. Ces véhicules sont généralement de petites tailles et ne dépassent pas les 50 km/h. Ces scooters sont faciles à manipuler, mais il est quand même recommandé d’avoir un BSR ou un permis AM pour les conduire. Avoir un BSR ou un AM permet aux conducteurs d’avoir quelques notions de conduite grâce à des cours théoriques. Pour un enfant âgé d’environ 14 ans, le BSR ou l’AM est obligatoire s’il veut conduire un scooter électrique. Pour les personnes nées après le 1er janvier 1988, le BSR est également obligatoire. Pour celles qui sont nées avant le 31 décembre 1987, le BSR et l’AM ne seront pas requis. Cela vaut aussi pour les personnes qui détiennent un permis B.

Les obligations face auxquelles vous devrez vous conformer

Comme pour la conduite d’un scooter, le port d’un casque et de protections homologuées est obligatoire. Les divers équipements tels que le rétroviseur et les feux doivent aussi être présents sur le véhicule que vous conduisez. Même si le permis n’est pas obligatoire, l’assurance demeure indispensable. La loi oblige n’importe quel véhicule circulant sur la route à disposer d’une assurance. C’est un engagement utile, car il permet de couvrir les frais d’éventuels accidents impliquant votre véhicule. Si vous avez causé un accident alors que vous n’êtes pas assuré, vous ferez l’objet d’une poursuite judiciaire. La loi vous oblige aussi à faire immatriculer votre deux-roues, notamment si vous souhaitez circuler sur les routes. Vous devez pour ce faire demander une homologation auprès de l’un des représentants du Ministère des Transports de votre département. Si votre véhicule dispose d’une homologation d’origine, votre vendeur vous le retransmettra lors de l’achat du véhicule. Une fois l’homologation obtenue, vous pourrez demander une carte grise. Enfin, vous recevrez votre immatriculation et il ne vous restera plus qu’à poser la plaque d’immatriculation sur le véhicule.

Les avantages des scooters électriques

Les formalités requises pour conduire un scooter électrique ne sont pas difficiles à suivre. De plus, ce type de véhicule à l’avantage d’être non polluant, étant donné qu’il ne consomme pas de carburant. L’absence de moteur thermique implique une conduite plus silencieuse et un entretien plus simple. Doté d’une puissance moins importante, le scooter électrique est aussi plus facile à conduire. Attention, même si votre scooter électrique vous permet de vous faufiler entre les voitures, vous avez l’obligation de respecter le Code de la route. Vous devez connaître ce qu’il vous est permis de faire. Si vous n’avez pas encore les moyens d’acheter votre scooter électrique, sachez que ce moyen de transport se vulgarise de sorte qu’il est aujourd’hui possible de miser sur les solutions comme le free-floating (véhicule en libre-service).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *