CHAMPIONNAT F1
ECURIES F1
PILOTES F1
MANAGER F1
CIRCUITS F1

PARTENAIRES

Rubens Barrichello
Son Ecurie :
Williams
Rubens Barrichello
Pilote de l'ecurie
Williams
Son manager :
Frank Williams
 Frank Williams formule 1 ecurie Williams
Son directeur d'ecurie :
Sam Michael

Pilote(s) de son equipe :
Pastor Maldonado  Pastor Maldonado formule 1 ecurie Williams

rubens-barrichello

formule 1 ecurie rubens-barrichello
Date de naissance : 23/05/1972
Lieu de naissance : Sao Paulo
Sa nationalité : Bresilien


Le site Web officiel de rubens-barrichello

Biographie de rubens-barrichello

Rubens Barrichello (n? le 23 mai 1972 ? S?o Paulo, Br?sil - ) est un pilote de course automobile br?silien. Il a fait ses d?buts en Formule 1 en 1993. Depuis la retraite de Michael Schumacher, ? la fin de la saison 2006, il est devenu ? ? seulement 34 ans ? le plus ancien des pilotes en activit?. Vainqueur de 9 Grands Prix ? ce jour, il dispute la saison 2007 chez Honda aux c?t?s de Jenson Button.

Avant la Formule 1

N? ? S?o Paulo, et originaire d'une famille qui poss?de un garage ? proximit? du c?l?bre circuit d'Interlagos, Rubens Barrichello se lance rapidement dans le sport automobile. D?s son plus jeune ?ge, il dispute ses premi?res comp?titions de karting. Plus tard, il y d?crochera cinq titres de champion.

A 18 ans, il part pour l'Europe effectuer ses d?buts en sport automobile, dans le championnat de GM Lotus Euroseries, qu'il remporte. En 1991, il passe dans le championnat britannique de Formule 3, au sein de l'?curie de Dick Bennett (pour laquelle avait ?galement roul? son mentor Ayrton Senna 8 ans auparavant) et d?croche ? nouveau le titre d?s sa premi?re ann?e de participation en s'imposant notamment devant le Britannique David Coulthard.

Enfin, en 1992, il acc?de au championnat international de Formule 3000. Rattrap? par son inexp?rience, et ?galement handicap? par un mat?riel qui n'est pas toujours ? la hauteur des meilleurs, il doit se contenter de la troisi?me place finale au championnat. Un r?sultat suffisamment probant pour obtenir, avec l'aide de puissants sponsors br?siliens, un volant en Formule 1 chez Jordan pour la saison 1993.

D?buts chez Jordan ? 20 ans

Rubens Barrichello, juillet 1995Barrichello a fait ses d?buts en Formule 1 le 14 mars 1993, sur le circuit de Kyalami, lors du Grand Prix d'Afrique du Sud. A seulement 20 ans, il devient l'un des plus jeunes pilotes de l'histoire du championnat du monde. Son premier Grand Prix se solde par un abandon suite ? un probl?me de boite de vitesses, une souci qui donne le ton d'une saison marqu?e par le manque de fiabilit? de sa monture, puisqu'il totalisera 9 abandons en 16 courses. Mais cela ne l'emp?che pas de se montrer r?guli?rement ? son avantage. En qualifications tout d'abord, o? il domine copieusement des co?quipiers aussi exp?riment?s que Ivan Capelli ou encore Thierry Boutsen, mais ?galement en course, comme au Grand Prix d'Europe, disput? sur la piste humide du circuit de Donington, o? il est en 3e position avant d'?tre contraint ? l'abandon ? six tours de l'arriv?e par un probl?me de pression d'essence. M?me s'il doit attendre la fin de saison et une cinqui?me place au Japon pour inscrire ses seuls points de la saison, Barrichello appara?t pour beaucoup comme la r?v?lation de la saison.

La saison 1994 d?marre sur d'excellentes bases pour Rubens, qui gr?ce ? une quatri?me place au GP du Br?sil, puis ? une troisi?me place au GP du Pacifique, pointe ? une ?tonnante troisi?me place du championnat des pilotes apr?s seulement deux ?preuves, et confirme qu'il est l'un des grands espoirs de la discipline. Sa progression est pourtant bien proche de s'interrompre brutalement lorsqu'au cours des premiers essais libres du Grand Prix de Saint-Marin, il perd soudainement le contr?le de sa monoplace ? l'entr?e d'une chicane rapide (on parlera d'une crevaison) avant de d?coller, de s'?craser contre un mur de pneus puis de se retourner. Barrichello est transport? inconscient ? l'h?pital du circuit, laissant craindre le pire sur son ?tat de sant?, jusqu'? ce que Ayrton Senna, venu ? son chevet, n'apporte des nouvelles rassurantes de son jeune prot?g?. Souffrant de blessures l?g?res, Barrichello est forfait pour le reste du week-end, mais de retour dans le paddock d?s le lendemain. C'est donc en spectateur qu'il assiste le samedi ? l'accident mortel de Roland Ratzenberger, puis le dimanche ? celui de son ami et mentor Ayrton Senna.

Tr?s touch? par les ?v?nements du GP de Saint-Marin, Barrichello n'en accomplit pas moins une saison remarquable, malgr? ? nouveau une fiabilit? parfois al?atoire de sa Jordan-Hart. Il termine ? la quatri?me place ? quatre reprises suppl?mentaires, et d?croche le 28 ao?t lors du Grand Prix de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps sa toute premi?re pole-position, devenant ainsi le plus jeune poleman de l'histoire de la Formule 1 (un record qui ne sera battu qu'en saison 2003 par Fernando Alonso). Il boucle sa saison ? la sixi?me place du championnat du monde, avec 19 points au compteur.

En saison 1995, Barrichello est tr?s attendu, et cela d'autant plus que l'?curie Jordan a sign? un partenariat avec le motoriste Peugeot et peut ainsi revoir ses ambitions ? la hausse. Mais la pression est un peu forte pour le jeune Br?silien, in?vitablement pr?sent? par ses compatriotes comme le ? nouveau Senna ?. Malgr? une belle deuxi?me place lors du GP du Canada, il semble perdre au fil des courses de son aisance des saisons pr?c?dentes, et subit en interne la mont?e en puissance de son imp?tueux co?quipier Eddie Irvine. Alors que Barrichello avait ?t? un temps pressenti pour rejoindre Michael Schumacher chez Ferrari pour la saison suivante, c'est d'ailleurs l'Irlandais qui lui est pr?f?r?.

Toujours chez Jordan en saison 1996, Barrichello r?alise un solide d?but de saison, mais comme l'ann?e pr?c?dente, se d?sunit en cours d'ann?e. De plus en plus insatisfait de son jeune pilote, Eddie Jordan lui signifie son intention de ne pas prolonger son contrat. Au plus bas ? la bourse des pilotes, il semble devoir se r?soudre ? quitter la F1 pour le CART lorsque l'ancien champion du monde Jackie Stewart et son fils Paul font appel ? lui.

Une nouvelle aventure avec Stewart Grand Prix

Au sein de la jeune et chaleureuse ?quipe Stewart, Barrichello ne tarde pas ? retrouver la flatteuse r?putation de ses d?buts. Certes, le manque de fiabilit? chronique de sa monture ne lui permet de rallier l'arriv?e qu'? trois reprises lors de la saison 1997, mais gr?ce ? plusieurs coups d'?clat en qualification et ? une ?tonnante deuxi?me place sous le d?luge au GP de Monaco (o? ses pneus Bridgestone ?taient il est vrai tr?s efficaces), il prouve qu'il reste ? 25 ans un grand espoir de la Formule 1.

saison 1998 est une copie-conforme de 1997 avec de belles performances en qualifications (qu'il s'agisse de Jan Magnussen ou de Jos Verstappen, ses ?quipiers sont compl?tement ?clips?s), rarement concr?tis?es en course faute d'une voiture suffisamment fiable. Contact? par l'?quipe Williams ? la fin de la saison 1998, il est contraint d'honorer son ultime ann?e de contrat par Stewart, ce qu'il n'a pas longtemps ? regretter tant la Stewart de saison 1999 (con?ue par l'ing?nieur Alan Jenkins peu avant son limogeage) s'av?re ?tre la meilleure r?alisation de l'?quipe britannique. A son volant, il signe trois podiums, une pole-position au GP de France, et termine le championnat ? la septi?me place finale. Ces performances lui valent d'?tre recrut? par la Scuderia Ferrari pour devenir ? partir de saison 2000 le nouveau lieutenant de Michael Schumacher ? la place d'Eddie Irvine.

Cinq ans chez Ferrari

Chez Ferrari, avec l'une des meilleures monoplaces du plateau, Barrichello s'affirme d'entr?e de jeu comme un candidat r?gulier au podium. Fiable et performant, il ?volue toutefois un ton en dessous de son redoutable co?quipier Michael Schumacher, ce qui ne lui permet pas de jouer sa carte personnelle. Au GP d'Allemagne ? Hockenheim, il parvient tout de m?me ? remporter la premi?re victoire de sa carri?re, au terme d'un scn?ario particuli?rement haletant: parti du fond de grille suite ? un ennui technique lors des qualifications, Barrichello remonte tout le peloton et parvient ? effectuer la jonction sur les leaders gr?ce ? la neutralisation de la course cons?cutive ? l'intrusion d'un manifestant sur la piste. Tandis que la pluie commence ? tomber en fin de course, il fait le pari de ne pas s'arr?ter aux stands et de conserver ses pneus pour piste s?che, ce qui lui donne la victoire pour sa 128e participation, soit la plus longue attente pour un premier succ?s. Moins en r?ussite en 2001 alors m?me que la domination de la Scuderia se fait de plus en plus forte, il n'obtient pas le moindre succ?s, mais termine le championnat ? la troisi?me place.

Sur le plan comptable, la meilleure saison de ?Rubinho ?, comme il est souvent surnomm?, a lieu en 2002 avec quatre victoires et la deuxi?me place au championnat. Mais c'est ?galement la saison des pol?miques li?es aux consignes de course. Au GP d'Autriche, particuli?rement performant, il parvient, une fois n'est pas coutume, ? dominer Schumacher tout au long du week-end, mais il est contraint sur ordre de son ?quipe de c?der la victoire ? son ?quipier, ce qu'il fait ? quelques m?tres de la ligne d'arriv?e. Si les consignes de course sont aussi anciennes comme le sport automobile, celle-ci est particuli?rement mal ressentie par le public et par le presse dans la mesure o? Schumacher caracolait d?j? largement en t?te du championnat, et ne semblait pas avoir un besoin imp?ratif de quelques points suppl?mentaires. Injustement priv? de ce qui aurait ?t? sa deuxi?me victoire en Grand Prix, Barrichello va pourtant ? son tour b?n?ficier dans la deuxi?me partie de saison de la politique sportive de son employeur. Si son succ?s au GP d'Europe ne souffre d'aucune contestation (encore que Schumacher n'aura rien fait pour lui contester la victoire en fin de course), il n'en va pas de m?me de ceux acquis aux GP d'Italie et de Hongrie, o? Schumacher lui c?de plus ou moins discr?tement le commandement en cours d'?preuve. Il s'impose une quatri?me fois au GP des Etats-Unis ? Indianapolis, ? nouveau dans la pol?mique, puisqu'il d?passe Schumacher sur la ligne, sans que l'on sache si Schumacher souhaitait r?ellement lui c?der la victoire, ou juste r?aliser une arriv?e group?e ? la mode des 24 heures du Mans. Pour mettre un terme ? ces r?sultats "arrang?s", la FIA interdira les consignes ayant pour effet de fausser le d?roulement des Grands Prix.

En 2003, Barrichello semble moins s'accomoder que son chef de file de la nouvelle r?glementation sportive ainsi que de la domination moindre de Ferrari. Quatri?me du championnat, il signe tout de m?me deux victoires de grande classe ? Silverstone ainsi qu'? Suzuka en fin d'ann?e, o? un succ?s de sa part ?tait indispensable pour priver Kimi Raikkonen de ses ultimes chances de coiffer Schumacher au championnat. La sup?riorit? retrouv?e de Ferrari en 2004 lui permet de terminer ? nouveau vice-champion du monde, mais il doit attendre la fin de saison (et une certaine d?mobilisation de Schumacher, d?j? assur? d'un titre suppl?mentaire) pour remporter ses deux seuls succ?s de l'ann?e, en Italie et en Chine.

En 2005, la soudaine baisse de forme de Ferrari (en grande partie imputable ? l'inf?riorit? des gommes Bridgestone sur les Michelin) l'?loigne de la lutte pour la victoire. Il n'accroche que quatre podiums et termine ? une lointaine huiti?me place au championnat. Vivant de plus en plus mal son r?le de deuxi?me pilote, il obtient de Jean Todt de ne pas honorer sa derni?re ann?e de contrat pour pouvoir rejoindre l'?curie Honda.

Passage chez Honda 

Annonc? comme un outsider cr?dible dans la lutte pour le titre de champion 2006 suite aux excellents essais hivernaux des Honda, Rubens Barrichello doit rapidement d?chanter. Non seulement la monoplace japonaise n'est pas l'arme absolue tant esp?r?e, mais il ?prouve en plus les pires difficult?s ? s'adapter au pilotage de sa nouvelle machine et ? soutenir la comparaison avec son co?quipier Jenson Button. D'autant qu'il n'a jamais conduit auparavant en pneus Michelin. Au fil des ?preuves, il appara?t plus ? son aise, mais peine ? concr?tiser en courses ses progr?s en qualifications. Seulement septi?me du championnat, il ne monte pas sur le moindre podium, une premi?re depuis sa saison 1998 chez Stewart. La situation de Honda empire en 2007 et pour la premi?re fois de sa carri?re, le Br?silien n'inscrit pas un seul point de toute l'ann?e.

Au cours de la saison, les m?dias se font ? plusieurs reprises le relai de rumeurs annon?ant son d?part de chez Honda et sa "r?trogradation" chez Super Aguri, l'autre ?quipe soutenue par le constructeur japonais[1]. Confort? dans sa position par l'arriv?e en fin d'ann?e ? la direction sportive de l'?quipe de Ross Brawn, qu'il a connu chez Ferrari, il conserve son volant pour la saison 2008.

La saison 2008 est tr?s nettement meilleure. Rubens Barrichello prend r?guli?rement des points en partie gr?ce aux Grand Prix sous la pluie qu'il affectionne particuli?rement. Il r?alise m?me un exploit ? Silverstone. Il part en fond de grille et remonte 15 voitures pour poser sa Honda sur le podium et m?me prendre provisoirement le meilleur tour avant qu'Hamilton ne cravache. Apr?s la course, Rubens d?clare "Je d?passais, ext?rieur, int?rieur puis ext?rieur, des Ferrari, des BMW ... je ne me suis jamais autant amus?". Mais cette belle performance est due ? un bon choix de pneus et de r?glages et ne peut cacher les d?fauts d'une monoplace qui n'est pas comp?titive.


Brawn GP

D?but d?cembre 2008, en raison de la crise ?conomique qui touche le secteur de l'automobile, le constructeur japonais Honda d?cide du retrait imm?diat de son ?curie du plateau de Formule 1. Apr?s un hiver d'incertitudes quant ? ses chances de poursuivre sa carri?re en Formule 1, Barrichello conserve finalement sa place dans la structure de Brackley suite au rachat du Honda Racing F1 Team par Ross Brawn et ? la cr?ation de Brawn GP. D?s le premier Grand Prix il parvient ? d?crocher la deuxi?me place en qualification derri?re son partenaire Jenson Button, arriv? en p?le position. En course, Button s'impose et Rubens finit second.

Apr?s cinq courses, l'avance de Brawn GP au classement du championnat du monde est d?j? substantielle et Button et Barrichello occupent les deux premi?res places du classement pilotes. Mais ? l'issue du Grand Prix d'Espagne, Rubens exprime publiquement ses doutes quant ? l'?quit? avec laquelle les deux pilotes sont trait?s, sous-entendant que Button serait favoris? au sein de l'?quipe.

A Monaco, Barrichello termine second pour la troisi?me fois de la saison. En Turquie, il abandonne au 47e tour ? cause d'une bo?te de vitesses d?fectueuse mais se rattrape en Grande-Bretagne o? il atteint la troisi?me marche du podium. Les r?sultats sont plus mitig?s en Allemagne 6e et Hongrie o? il se classe respectivement 6e puis 10e.

Le 23 ao?t 2009, Barrichello remporte le Grand Prix d'Europe, disput? ? Valence (Espagne), ? l'?ge de 37 ans et 3 mois. Il s'impose pour la premi?re fois depuis 5 ans, et remporte le 10e succ?s de sa carri?re et son premier pour Brawn-Mercedes. Il signe ? cette occasion la 100e victoire du Br?sil en Formule 1. Il confirme cette victoire en remportant le Grand Prix d'Italie, ? Monza et se classe 3?me du championnat, derri?re son co?quipier Jenson Button et Sebastian Vettel.


Williams

Le 2 novembre 2009, il s'engage avec l'?curie Williams pour la saison 2010. Il aura pour co?quipier le champion GP2 2009 Nico Hulkenberg. Rubens sera le pilote le plus exp?riment? du plateau en 2010.

Saison 2010

Barrichello fait un d?but de saison en demi-teinte malgr? trois entr?es dans les points en huit courses. ? Monaco, il part en t?te-?-queue suite ? une touchette avec Vitantonio Liuzzi puis percute un mur de pneus, d?truisant sa monoplace. Au Grand Prix d'Europe qu'il avait remport? l'ann?e pr?c?dente, il termine quatri?me signant ainsi son meilleur r?sultat de la saison. Il pointe alors au onzi?me rang du classement des pilotes. Au mois d'ao?t 2010, Rubens Barrichello remplace Nick Heidfeld ? la pr?sidence de l?Association des Pilotes de Grand Prix (GPDA). Barrichello termine dixi?me du championnat du monde avec 47 points et, au lendemain du dernier Grand Prix de la saison, est confirm? par son ?curie dans son poste de titulaire pour la saison 2011.

Source Wikipedia : Lien