CHAMPIONNAT F1
ECURIES F1
PILOTES F1
MANAGER F1
CIRCUITS F1

PARTENAIRES

Frank Williams

Frank Williams


Manager de l'ecurie
Williams Toyota
Son Ecurie :
Williams Toyota
formule 1 ecurie Williams Toyota formule 1 ecurie Williams Toyota


Ses Pilotes :
Kazuki Nakajima  Kazuki Nakajima formule 1 ecurie Williams Toyota

Biographie de Frank Williams

Sir Frank Williams (n? le 16 avril 1942 ? Jarrow, Angleterre) est le fondateur et propri?taire majoritaire de l'?curie Williams, l'une des plus prestigieuses de l'histoire de la Formule 1.

Les d?buts en sport automobile

C'est en 1961, ? l'?ge de 19 ans, que Frank Williams, passionn? de sport automobile, effectue ses d?buts en comp?tition, en tant qu'amateur, dans des ?preuves locales. Progressivement, le jeune homme prend conscience de ses limites et lache le volant pour s'improviser manager des ses amis pilotes, et notamment du prometteur Piers Courage, qu'il aide ? trouver des financements pour courir. En 1966, il fonde "Frank Williams Racing Cars Ltd", qui pr?pare et revend des chassis Brabham de Formule 3, puis de Formule 2. Au volant des voitures de Williams, outre Courage, se succ?dent des pilotes tels que Jochen Rindt, Carlos Reutemann et m?me un certain Max Mosley.

Premiers pas laborieux en Formule 1

En 1969, Williams se lance en Formule 1. Il ach?te un ancien chassis Brabham, et pour le piloter, fait toujours confiance ? son ami Piers Courage. Malgr? un mat?riel d?pass? et des moyens limit?s (essentiellement en provenance de Courage, issu d'une famille ais?e), l'in?dit attelage obtient des r?sultats plus qu'encourageants puisque Piers monte sur la deuxi?me marche du podium ? deux reprises (? Monaco puis ? Watkins Glen). Les bons r?sultats de la petite structure priv?e attirent l'attention du riche industriel argentin d'origine italienne Alejandro De Tomaso, qui propose ? Williams d'engager la nouvelle De Tomaso F1 (oeuvre de Gianpaolo Dallara) lors de la saison 1970. Mais l'association Williams-De Tomaso tourne rapidement au fiasco: non seulement la voiture est d?sesp?rement lente (ce qui ne tarde pas ? plomber l'ambiance) mais surtout, Piers Courage se tue dans un accident au Grand Prix des Pays-Bas.

Tr?s affect? par la mort de son ami, Williams n'en continue pas moins son engagement en F1. Ayant retrouv? son ind?pendance suite ? sa s?paration logique avec De Tomaso, il engage pour les saison 1971 et 1972 des March priv?es sponsoris?es par Polytoys et qu'il confie au pilote fran?ais Henri Pescarolo ainsi qu'? l'espoir br?silien Carlos Pace, mais sans obtenir de probants r?sultats. Estimant que l'on n'est jamais mieux servi que par soi-m?me, Williams d?cide de devenir constructeur ? part enti?re, et au cours de la saison 1972, demande ? Len Bailey de concevoir une monoplace. Apr?s une br?ve apparition en 1972 lors du GP de Grande-Bretagne (aux mains de Pescarolo), la FX3 effectue ses vrais d?buts en comp?tition en 1973. M?me si cette voiture ne porte pas son nom (la FX3 est engag?e en 1972 sous le nom Polytoys puis en 1973 sous le nom Iso-Marlboro), on peut consid?rer qu'il s'agit de la premi?re Williams F1 de l'histoire.

La revente de Williams Racing

En 1975, lach?e par Iso, Frank Williams s'inscrit au championnat sous son nom propre. Sans le sou (la l?gende raconte que Frank Williams passe ? cette ?poque ses coups de fils ? partir d'une cabine t?l?phonique, sa ligne ayant ?t? coup? pour cause de factures impay?es), il pense avoir trouv? le m?c?ne qui lui fait tant d?faut lorsque fin 1975, le riche industriel austro-canadien Walter Wolf se propose de voler au secours de l'?quipe. Mais en contrepartie, Williams doit se r?soudre ? lui c?der 60% de l'?quipe, faisant de Wolf le nouvel homme fort de l'?quipe (d'ailleurs rebaptis?e Williams-Wolf pour la saison 1976), m?me s'il continue ? la diriger. Non seulement les r?sultats ne d?colleront pas, mais en plus, peu convaincu par la mani?re dont Williams dirige l'?quipe, Walter Wolf ne tarde pas ? le placardiser apr?s avoir rachet? les 40% restants et pris le contr?le complet. En 1977, la prise de pouvoir de l'?curie Williams par Walter Wolf donnera naissance au Walter Wolf Racing. Mais Frank Williams a entre temps pr?f?r? d?missionner et reprendre sa libert?.

Renaissance de l'?curie Williams

Plus ou moins pouss? dehors de l'?quipe qu'il avait lui-m?me fond?, Frank Williams ne tarde pas ? r?agir. Gr?ce ? l'argent issu de la revente de Williams Racing ? Walter Wolf, il fonde d?s 1977 une nouvelle ?quipe, cette fois baptis?e Williams Engineering. Il s'associe pour l'occasion avec le jeune ing?nieur Patrick Head, qu'il avait engag? en 1975 peu de temps avant l'arriv?e de Wolf. Apr?s une premi?re saison modeste au cours de laquelle Williams engage une March priv?e confi?e au modeste pilote belge Patrick N?ve, Frank redevient constructeur ? part enti?re ? partir de la saison 1978 et la conception par Head de la FW06.

Victoires et drame

Malgr? des performances correctes, en grande parti due ? la hargne du pilote australien Alan Jones, la FW06 n'obtient que des r?sultats mitig?s en 1978. Il faut attendre 1979 et l'arriv?e de la remarquable FW07 wing-car pour voir les Williams se porter enfin au sommet de la Formule 1. Apr?s une premi?re victoire de Clay Regazzoni ? Silverstone ? mi-saison, Alan Jones enchaine les victoires. La fiert? est grande pour Williams dont l'?quipe peut se targuer d'avoir con?u la meilleure monoplace du plateau, et qui ne doit qu'? son arriv?e tardive d'avoir laiss? ?chapper le titre ? Ferrari. La conqu?te du titre n'est repouss? que d'un an puisque Jones coiffe le couronne mondiale en 1980. Il sera suivi en 1982 par Keke Rosberg, tandis que les saisons 1981 et 1982 sont marqu?es par les deux titres mondiaux des constructeurs. A partir de la saison 1984, Frank Williams n?gocie au mieux le passage de la F1 ? l'?re du turbo, puisqu'il signe un partenariat avec le constructeur japonais Honda, qui ach?ve de placer l'?curie Williams dans le cercle ferm? des "top-teams", ces rares ?quipes qui ont les moyens financiers et humains pour viser r?guli?rement la victoire, et capables d'attirer les meilleurs pilotes.

Apr?s plusieurs victoires en 1985, les Williams-Honda s'affirment en 1986 comme les meilleures monoplaces du plateau. Mais c'est sur son lit d'h?pital que Frank Williams assiste aux succ?s de ses voitures. Sur un route du Var, de retour d'une s?ance d'essais priv?s sur le circuit du Castellet, il a en effet ?t? victime au mois de mars 1986 d'un grave accident de voiture. Marathonien ?m?rite, connu pour avoir une condition physique sup?rieure ? celles de plusieurs pilotes, Frank Williams a ?t? touch? aux vert?bres cervicales, et se retrouve t?trapl?gique, contraint ? passer le restant de ses jours clou? sur une chaise roulante.

Apr?s plusieurs mois ?loign?s des circuits, Frank retrouve les commandes de son ?quipe au cours de la saison 1986. Ebranl?e par la rupture avec Honda fin 1987, l'?curie retrouve de sa superbe ? partir de 1989 et de son association avec le constructeur fran?ais Renault, qui fera de Williams la meilleur ?quipe du plateau sur la p?riode 1992-1997.

Depuis le d?part de Renault fin 1997, l'?quipe de Frank Williams peine ? retrouver de sa superbe, m?me si l'association (souvent houleuse) avec BMW de 2000 ? 2005 a permis de retrouver le chemin de la victoire. Toujours propri?taire de 70% de son ?quipe (les 30% restants appartenant ? son vieux complice Patrick Head), refusant obstin?ment ? ce jour d'en c?der le contr?le ? un grand constructeur (ce qui est en grande partie la raison de sa brouille avec BMW), Frank Williams est le dernier v?ritable "ind?pendant" en Formule 1.

Personnalit?

Personnage affable et courtois, Frank Williams n'en est pas moins r?put? pour la duret? de son caract?re, notamment vis ? vis de ses pilotes. Ce trait de sa personnalit? est renforc? par l'image qu'il donne de lui depuis son accident: celle d'un homme immobile, aux traits fig?s, qui laisse rarement transparaitre ses ?motions. De nombreux pilotes ont ainsi ?t? parfois d?contenanc? par la "fra?cheur" de leurs rapports avec leur patron. Attach? aux triomphes de ses voitures plus qu'? ceux de ses pilotes, Williams n'a jamais fait montre d'une grande reconnaissance envers eux, y compris les meilleurs. Il est d'ailleurs notable que plusieurs pilotes ont quitt? Williams juste apr?s ?tre devenu champion du monde. S'il est inexact de dire que Frank Williams "vire" syst?matiquement ses champions du monde comme cela est souvent avanc? (seul Damon Hill en 1996 s'est r?ellement heurt? ? une fin de non-recevoir au moment de renouveler son contrat), il ne fait souvent rien pour les retenir, tels Nelson Piquet en 1987, Nigel Mansell en 1992 ou Alain Prost en 1993.

Seuls de rares pilotes semblent trouver gr?ce aux yeux de Frank Williams. Le premier d'entre eux est Alan Jones, son premier pilote entre 1978 et 1981. Loin d'?tre un artiste du pilotage, Jones ?tait plut?t ? ranger dans la cat?gorie des "guerriers". Il est d'ailleurs notable que Williams a souvent engag? des pilotes aux profils plus ou moins comparables ? celui de l'Australien: Keke Rosberg, Nigel Mansell, Jacques Villeneuve ou plus recemment Juan Pablo Montoya. L'autre pilote pour lequel Williams n'a jamais cach? son admiration est Ayrton Senna. C'est d'ailleurs lui qui a offert au pilote br?silien (alors en Formule 3) son premier roulage en Formule 1, au cours de l'?t? 1983. Les deux hommes se sont retouv?s plus de 10 ans plus tard, lorsque Senna, alors au fait de sa gloire, int?gra Williams-Renault, l'?quipe dominante du moment, pour la saison 1994. Mais leur collaboration s'arr?ta brutalement avec l'accident mortel de Senna au GP de Saint-Marin, le 1er mai 1994. Frank Williams dut en subir les suites judiciaires puisqu'il fut inculp? (ainsi que le directeur technique Patrick Head et le chef de projet Adrian Newey) pour homicide involontaire, la justice italienne lui reprochant la modification hative de la colonne de direction (dont la rupture suppos?e serait la cause de l'accident de Senna). A l'issue d'une longue proc?dure, l'affaire se termina par un acquittement g?n?ral.



Source Wikipedia
Lien Wikipedia