CHAMPIONNAT F1
ECURIES F1
PILOTES F1
MANAGER F1
CIRCUITS F1

PARTENAIRES

Manager :

  formule 1 ecurie McLaren - Mercedes
Ecurie :
McLaren - Mercedes

Directeur technique de l'ecurie :
Paddy Lowe
Pilote(s) de l'equipe :

Historique de l'écurie McLaren - Mercedes


L'?curie britannique de Formule 1 McLaren a d?but? en G-P en 1966. Elle est li?e au motoriste et constructeur automobile allemand Mercedes-Benz depuis 1995.

L'?curie est une des branches du McLaren Group, actuellement d?tenu ? 40% par Daimler Chrysler, ? 30% par le Bahrain Mumtalakat Holding, ? 15% par Ron Dennis et les 15% restant appartiennent ? TAG (Mansour Ojjeh).

Fernando Alonso (qui a remplac? Kimi R?ikk?nen) sera l'un des deux pilotes McLaren pour le championnat du monde de Formule 1 2007. Son co?quipier sera le jeune espoir britannique Lewis Hamilton.

1963-1966 : naissance de l'?curie

Pilote officiel de l'?curie Cooper ? partir de 1958 en Formule 2, puis 1959 en Formule 1, le N?o-Z?landais Bruce McLaren devient cette ann?e-l? ? Sebring le plus jeune vainqueur de Grand Prix, ? l'?ge de 22 ans. Lorsque son co?quipier et mentor Jack Brabham quitte l'?curie Cooper ? la fin de l'ann?e 1960 pour b?tir sa propre structure, Bruce McLaren devient le leader de l'?quipe, mais ne peut emp?cher son lent d?clin. Inspir? par l'exemple de Jack Brabham, il d?cide alors lui aussi de cr?er sa propre ?curie de course.

Le Bruce McLaren Motor Racing Ltd voir le jour lors de l'hiver 1963-1964. Bruce McLaren engage sous sa propre banni?re des Cooper dans le championnat de Formule Tasmane, une s?rie hivernale tr?s r?put?e, et disput?e en Oc?anie lors de l'inter-saison de Formule 1. Pour l'?pauler dans son entreprise, il est rapidement ?paul? par Teddy Mayer un juriste am?ricain passionn? de sport automobile et qui faisait ? l'origine office de manager pour son jeune fr?re Tim Mayer, engag? par Bruce McLaren en tant que deuxi?me pilote. Malgr? la mort de Tim Mayer en f?vrier 1964, Bruce McLaren et Teddy Mayer d?cident de poursuivre l'aventure. En 1964, parall?lement ? ses engagements en Formule 1, Bruce McLaren ?largit les activit?s de son ?quipe aux ?preuves d'Endurance, et notamment aux ?preuves am?ricaines, alors richement dot?es. Pour cela, il prend ? nouveau comme base des ch?ssis Cooper.

Ce n'est qu'en 1966 que l'?quipe McLaren devient non plus pr?parateur, mais un constructeur ? part enti?re. D?but 1966, McLaren cr?e son premier prototype de type CanAm, ainsi que sa premi?re Formule 1, la M2B.

1966-1970 : premiers succ?s

Si l'?quipe de CanAm ne tarde pas ? dominer outrageusement ses rivales, il n'en va pas de m?me pour l'?quipe de F1, essentiellement faute d'une bonne motorisation. Pour sa premi?re saison, McLaren jongle sans grand succ?s avec un V8 Ford 4200 cc issu des ?preuves am?ricaines et ? la cylindr?e rabaiss?e aux 3000 cc r?glementaires (ce moteur n'a rien ? voir avec le fameux V8 Ford Cosworth qui ne verra le jour que l'ann?e suivante) ainsi qu'avec un V8 Serenissima (issu du fiasco ATS) du Comte Volpi. En 1967, Bruce McLaren passe un accord de fourniture moteur avec BRM, mais les retards de conception du V12 BRM obligent McLaren ? se tourner durant la majeure partie de l'ann?e vers le V8 BRM 2000cc ? la puissance insuffisante, ce qui g?che ? nouveau la saison.

C'est ? partir de 1968 que les r?sultats d?collent enfin. L'?quipe McLaren est renforc?e par le champion du monde en titre Denny Hulme (d?j? ?quipier de McLaren en CanAm), et surtout, b?n?ficie comme Lotus et Matra du V8 Ford Cosworth, gage de performance et de fiabilit?. Le Bruce McLaren pilote offre en Belgique au Bruce McLaren directeur d'?quipe son premier succ?s en Formule 1. Quelques semaines plus tard, c'est Denny Hulme qui d?croche deux victoires et parvient ? s'inviter ? la lutte pour le titre mondial.

Perturb?e en 1969 par le d?veloppement de deux programmes simultan?s en F1 (comme d'autres ?quipes, McLaren se fourvoie en croyant voir une solution d'avenir dans une monoplace ? quatre roues motrices), l'?curie anglo-n?o-z?landaise rate sa saison. Denny Hulme parvient tout de m?me ? accrocher une victoire en fin d'ann?e au Mexique.

Bien engag?e, la saison 1970 tourne au drame lorsque d?but mai, Denny Hulme est victime lors des essais des 500 Miles d'Indianapolis (nouvel objectif de McLaren) d'un grave accident qui lui occasionne de s?v?res br?lures aux mains. Plus grave, le 2 juin 1970, lors d'une s?ance d'essais priv?s sur le circuit de Goodwood en Angleterre, Bruce McLaren perd le contr?le de son prototype CanAm, d?s?quilibr? par la perte de son capot moteur. La M8D vient s'?craser sur un poste de commissaires en b?ton, tuant instantan?ment son pilote.

Premiers titres : ann?es 70

En 1974, McLaren conna?tra son premier grand succ?s : un titre constructeur et un titre pilote (avec Emerson Fittipaldi) en battant Ferrari. En 1976, James Hunt remporta ?galement le championnat pilote avec un McLaren malgr? la victoire de Ferrari aux constructeurs. Il faut noter n?anmoins que le titre de Hunt fut acquis apr?s le retrait volontaire de Nicky Lauda pendant le Grand Prix du Japon, derni?re course de la saison. En effet, la pluie battante avait convaincue Lauda que sa vie valait mieux qu'un titre pilote (ce qu'on peut ais?ment comprendre suite au grave accident dont il fut victime au N?rb?rgring la m?me ann?e).

Le succ?s : ann?es 80

Les ann?es 80 marquent un grand tournant pour McLaren: l'arriv?e de Ron Dennis, de nouveaux ing?nieurs et partenaires et surtout de pilotes qui marqueront la F1 ? jamais comme Alain Prost ou Ayrton Senna. McLaren se lie avec les motoristes Porsche (1984-1987) et Honda (1988-1992). L'?curie remportera le titre pilote avec Niki Lauda (1984), Alain Prost (1985, 1986, 1989) et Ayrton Senna (1988). Au moment ou Ron Dennis arrive ? la t?te de l'?curie, la situation de McLaren est loin d'?tre brillante. Les pilotes (dont Alain Prost) n'ont plus confiance en la voiture et les finances sont dans le rouge. Avec le soutien de Marlboro, Ron Dennis avec sa structure Project 4 absorbe McLaren et entreprend la restructuration de l'?curie et engage un ing?nieur de grand talent en la personne de John Barnard. Ce dernier est le premier ? vouloir utiliser les fibres de carbone dand la construction d'une formule 1, car il a bien compris les avantages que procure cette technologie ? savoir : une plus grande l?g?ret? et une meilleure rigidit?.

Pour la saison 1982, Ron Dennis parvient ? convaincre Niki Lauda, retrait? depuis 1979, (et monnayant une somme substantielle), ? reprendre la comp?tition. Ce dernier fera un retour plus que brillant en remportant un grand prix cette ann?e la. Apr?s une ann?e 1983 plus en demie teinte, Ron Dennis parvient ? engager Alain Prost, tout juste licenci? par Renault apr?s leur catastrophique fin de saison.

Nanti de cette ?quipe de r?ve, McLaren va alors effectuer une saison sans pr?c?dent jusqu'alors, remportant 11 grands prix (7 pour Prost et 4 pour Lauda). Ce sera cependant Lauda qui coiffera la couronne mondiale pour un demi-point (!) (score le plus serr? jusqu'? pr?sent), gr?ce ? sa plus grande r?gularit? (Prost avait encore la f?cheuse habitude de casser ou gagner).

L'ann?e 85 fut l'ann?e du triomphe pour Prost et de la confirmation pour McLaren. Apr?s une saison en demie teinte (marqu? tout de m?me par une magnifique victoire en fin de saison apr?s une jolie bagarre contre Prost), Niki Lauda tira d?finitivement un trait sur la comp?tition. 1986 vit le deuxi?me titre de Prost malgr? la domination des Williams, ?quip?es d'un moteur turbo Honda arriv? ? maturit?. Prost profita cette ann?e la de la rivalit? des deux pilotes adverses, Mansell et Picquet pour les coiffer au poteau lors de la derni?re course, gr?ce ? sa ma?trise tactique et son pilotage tr?s fin. (Prost ?tait consid?r? comme le pilote sachant le mieux ?conomiser une voiture).

L'ann?e 1987 fut sans surprise domin?e par les Williams, mais l'ambiance de lutte instestine y r?gnant en permanence convainquit les gens de Honda de r?pondre ? l'appel de Ron Dennis pour 1988. C'est ? cette m?me ?poque qu'Ayrton Senna rejoignit l'?quipe McLaren, formant avec Alain Prost la dream team dont tout manager de formule 1 souhaitait disposer.

Le r?sultat ne se fit pas attendre. McLaren ?crasa litt?ralement la concurrence, s'adjugeant 15 courses sur les 16 que comptait le championnat. La voiture, la Mp4-4 s'av?ra la meilleure machine, bien aid? par le bloc Honda et Ayrton Senna vit son talent r?compens? par le titre des pilotes.

1989 s'annon?ait sous les m?me auspices, mais ce fut l'ann?e ou les relations entre Alain Prost et Ayrton Senna se d?grad?rent ? cause d'un pacte de non agression non respect? par le br?silien ? Imola pour le Grand Prix de St-Marin. La fureur de Prost, l'intervention de la presse envenim?rent les choses et aboutirent ? une situation explosive trouvant son d?nouement ? Suzuka au Japon avec le fameux accrochage entre les deux pilotes McLaren. Prost devint champion du monde et quitta McLaren tandis que Senna fut disqualifi? de la course pour "aide exterieur".

A

u milieu de tout ceci, Ron Dennis pouvait n?anmoins ?tre content car il accrochait un nouveau doubl? pilote et constructeur au palmar?s de son ?curie.

La chute, puis le retour : ann?es 90

L'?curie remporta encore les titres en 1990 et 1991, toujours avec Ayrton Senna. La saison 1992 fut plus difficile, et aboutira au d?part d'Honda de la F1. L'?curie disputa alors la saison 1993 avec des moteurs Ford-Cosworth client. Ayrton Senna malgr? une saison marqu?e par un ?clat ?blouissant quitta l'?curie ? la fin de la saison. En 1994, McLaren se lie au motoriste et constructeur automobile Peugeot. Mais des luttes et divergences d'opinion entre les deux parties eurent pour cons?quence un divorce entre les 2 firmes. En 1995, McLaren d?buta alors un partenariat avec Mercedes-Benz. Il faudra cependant attendre 1997 pour que David Coulthard remporte les G-P d'Australie et d'Italie et Mika Hakkinen le tout dernier Grand Prix de la saison, ? Jerez. La saison 1998, avec David Coulthard et Mika Hakkinen fut l'ann?e du grand retour de McLaren. Cela commen?a avec cinq victoires au cours des six premi?res courses jusqu'au titre constructeur et au sacre de Mika Hakkinen. En 1999, cela fut moins brillant puisque McLaren ne peut profiter de l'accident de Michael Schumacher, le titre constructeur revenant tout de m?me aux rouges. Mika Hakkinen remporta quand m?me le titre pilote.

Les ann?es 2000

En 2000, McLaren lutta pour les titres avec Mika Hakkinen, mais dut finalement s'incliner face ? Ferrari et Michael Schumacher. Les ann?es qui suivirent furent celles de la domination de la Scuderia Ferrari. Malgr? cela, McLaren resta toujours au sommet et jusqu'en 2003 resta toujours pr?sent parmi les 3 meilleures ?quipes malgr? quelques erreurs techniques. En effet, McLaren d?veloppa au long de l'ann?e 2003 une voiture MP4-18 qui fut un ?chec total, puisqu'elle ne participa ? aucune course pour faute de performances et de fiabilit? aux essais priv?s. La saison 2004 fut par cons?quence une des plus mauvaises que l'?quipe n'ait jamais connues puisque l'?quipe termina 5?me au championnat malgr? l'exp?rience du chevronn? David Coulthard et le talent de Kimi R?ikk?nen. D?cid? ? effacer ce mauvais ?pisode, l'?quipe travailla d'arrache-pied pour concevoir la McLaren MP4-20 de 2005, pilot?e par R?ikk?nen et Juan Pablo Montoya. Mais si la voiture fut tr?s performante, elle manqua singuli?rement de fiabilit?, et Kimi R?ikk?nen plus ? son aise que Montoya dans l'ensemble de la saison, dut s'incliner pour le titre face ? Fernando Alonso 3 ?preuves avant la fin, et McLaren face ? Renault pour le titre constructeur, dans la derni?re manche. Le d?but de la saison 2006 fut prometteur, Kimi R?ikk?nen effectuant une splendide remont?e de la derni?re ? la 3e place lors de l'?preuve d'ouverture, mais bien vite, il fut ?vident que si la nouvelle MP4-21 ?tait plus fiable que son a?n?e, elle n'avait plus la vitesse de celle-ci. Le redressement se fit progressivement, mais l'?cart au championnat ?tait trop grand pour revenir, une fois la performance retrouv?e.

La saison 2007:

L'?curie McLaren se trouve en premi?re ligne dans l'affaire d'espionnage qui aura marqu? la saison 2007. Le 3 juillet, l'?curie rivale Ferrari accuse un haut responsable technique de l'?curie McLaren d'?tre entr? en possession de nombreuses informations techniques lui appartenant, qui auraient ?t? transmises par Nigel Stepney, licenci? par Ferrari ? l'issue d'une enqu?te interne.[1] Quelques jours plus tard, McLaren-Mercedes annonce avoir suspendu Mike Coughlan de ses fonctions de concepteur en chef, alors qu'un dossier technique d?taill? de 780 pages est retrouv? ? son domicile lors d'une perquisition. Le 26 juillet, la FIA convoque une r?union du Conseil Mondial du Sport Automobile ? Paris, et reconna?t McLaren coupable de violation de l'article 151(c) du Code Sportif, sans n?anmoins lui infliger de sanction faute de preuves, en se r?servant cependant le droit de convoquer une nouvelle fois l'?curie en cas d'apport de nouveaux ?l?ments. Le 13 septembre 2007, nouvelle r?union du Conseil Mondial, convoqu? par Max Mosley, ? l'issue duquel McLaren est non seulement reconnue une nouvelle fois coupable, mais est cette fois tr?s lourdement p?nalis?e. L'?curie est en effet exclue du championnat du monde des constructeurs, et se voit infliger une amende record de 100 millions $ (de laquelle seront cependant d?ductibles les primes de r?sultats, estim?es ? 60 millions $, qui auraient ?t? allou?es ? McLaren en fin de saison). Le Conseil Mondial a sanctionn? McLaren en se fondant sur des preuves accablantes ont ?t? apport?es au dossier. Celles-ci se composent notamment d'?changes de mails et de SMS entre Fernando Alonso, Pedro de la Rosa et Mike Coughlan, datant du d?but de saison, et relatifs ? certaines caract?ristiques techniques, telles que la r?partition des masses ou les propri?t?s du syst?me de freinage de la Ferrari F2007.[2] Pour leur collaboration avec la FIA dans l'apport de ces nouvelles preuves, Hamilton, mais surtout Alonso, en conflit ouvert avec Ron Dennis et qui ne cache plus son envie de quitter l'?quipe, sont exempt?s de sanction, conservent leurs points et sont donc libres de continuer ? se disputer le titre de champion du monde.[3] Tout au long de l'affaire et de ses d?veloppements, la d?fense de McLaren repose sur le fait que, s'il a bien ?t? prouv? que Coughlan avait eu acc?s ? des documents internes de Ferrari, ceux-ci n'ont jamais ?t? utilis?s par l'?curie anglaise. A l'issue de la r?union du Conseil Mondial ayant sanctionn? McLaren, Ron Dennis rejette la l?gitimit? de cette sanction, mais l'?curie renonce finalement ? faire appel, ce qui offre par voie de cons?quence ? Ferrari le titre de champion du monde des constructeurs.[4] Peu apr?s la fin de la saison, l'?quipe Mclaren et Fernando Alonso d?cident d'un commun accord de mettre fin ? leur collaboration. Au GP du Br?sil, alors qu'il n'est qu'outsider, Kimi R?ikk?nen (Ferrari) profite d'un incroyable concours de circonstances pour devancer ses deux adversaires Fernando Alonso et Lewis Hamilton et devenir champion du monde de Formule 1 pour la premi?re fois de sa carri?re. Malgr? une r?clamation de l'?curie McLaren portant sur la temp?rature du carburant embarqu? dans les BMW Sauber et Williams-Toyota F1 et pouvant aboutir au d?classement de leurs pilotes et permettre ? Lewis Hamilton de r?cup?rer les points qui lui ont manqu? pour remporter le championnat, la FIA officialise le r?sultat du Grand Prix. L'?curie McLaren d?cide de faire appel de cette d?cision[5] mais le 16 novembre, le Tribunal d'appel de la FIA ent?rine d?finitivement le classement de la course et donc le titre mondial de R?ikk?nen.

Saison 2008 :

Lewis Hamilton sur McLaren remporte le championnat du monde des pilotes avec seulement 1 points d?avance sur son dauphin Felipe Massa sur Ferrari (classement pilotes : Hamilton (98 pts) Massa (97) Raikkonen (75) Kubica (75).
Le titre s?est jou? au dernier tour du dernier Grand Prix de la saison au Br?sil. Le Br?silien Felipe Massa a remport? la course ? Interlagos, au Br?sil, mais Lewis Hamilton a remport? le titre dans le dernier virage, en d?passant Timo Glock qui ?tait rest? en pneus secs alors qu'il pleuvait ! Hamilton devient ainsi le plus jeune champion du monde de Formule 1.
Le titre constructeur est remport? par Ferrari. (Classement constructeur : Ferrari (172 pts) McLaren (151 pts) Bmw Sauber (135 pts).

Saison 2009 : Le 01 mars 2009, Martin Whitmarsh succ?de ? Ron Dennis, qui quitte McLaren Racing apr?s 28 ann?es de services, mais reste dans le giron de McLaren en qualit? de pr?sident ex?cutif du groupe. Martin Whitmarsh qui travaillait jusqu'alors dans l'ombre de Ron Dennis, aura pour objectif d'offrir un second sacre ? Lewis Hamitlon et un nouveau titre constructeur ? Mercedes, dont le dernier constructeur remonte ? 1998.

En 2009, McLaren r?alise un d?but de saison d?sastreux, avec une MP4-24 peu performante. Elle rel?ve peu ? peu la t?te avec 2 victoires (? Budapest et Singapour) et plusieurs podiums pour Hamilton en fin de saison, et une 3e place au championnat du monde.

Les ann?es 2010 : Le retour ? l'ind?pendance

Le 16 novembre 2009, Mercedes-Benz annonce le rachat de 75,1 % de l'?curie Brawn GP qui devient l'?curie officielle du constructeur sous le nom de Mercedes GP. Le contrat moteur avec McLaren est toutefois prolong? jusqu'en 2015 mais l'?quipe britannique doit racheter sous deux ans les 40 % du capital encore d?tenus par Mercedes et se passer de tout ou partie de l'aide financi?re du constructeur allemand.

Pour ?pauler Lewis Hamilton, Jenson Button, champion du monde en titre, signe un contrat de trois ans et remplace Heikki Kovalainen.


Courant la saison 2010, Jenson Button remporte 2 grand Prix ( Australie et Chine). Quant ? Lewis Hamilton, il remporte 3 grand Prix (Turquie, Canada, Belgique). Au classement constructeurs, McLaren se classe 2?me avec 454 points ( le titre pour Red Bull Renault)

Source Wikipedia
Lien Wikipedia